Cng – Lutte Non-respect des nouvelles mesures : Zarco et Ada Fass : les premières victimes, B52 et Tapha Tine sont avertis

0

Le Cng de lutte a frappé fort en sanctionnant Zarco et Ada Fass, accusés de n’avoir pas respecté les nouvelles mesures liées au déroulé des grands combats. Du coup, le prochain choc, Bombardier-Tapha Tine, sera scruté.

Le Cng avait averti, début janvier, tous les acteurs de la lutte à travers une note circulaire où l’instance a pris des mesures fortes. Conscient que les sanctions financières ne suffisent pas pour ramener l’ordre dans l’arène, le président du Cng de lutte a décidé de corser les sanctions dans ce sens afin de faire respecter le timing dans les galas de lutte. Et parmi ces décisions, il y a une mesure forte concernant les mesures à l’encontre des lutteurs qui dépasseront le temps réglementaire pour la préparation mystique.

C’est ainsi qu’au-delà des sanctions financières, «tout lutteur qui aura dépassé son temps de préparation au-delà des 30 minutes supplémentaires, écopera d’une suspension d’office allant de 6 mois à 3 ans ferme», peut-on lire.
La grande interrogation se situait au niveau de l’application de ces mesures. A ce jeu, le Cng ne s’est pas loupé. Et les premières victimes se nomment Zarco et Ada Fass. Les deux lutteurs de Grand-Yoff et Fass, pour n’avoir pas respecté la durée exigée pour la préparation mystique, ont écopé d’une suspension d’un an ferme, avant de laisser, au total dans les caisses du Cng, plus de 2 millions Cfa.

«Les lutteurs ne peuvent pas faire tout ce qu’ils veulent dans l’arène, c’est impossible !»
Une première sanction jugée sévère pour certains. Mais le patron de la lutte sénégalaise s’en est expliqué.

D’abord, pour argumenter par rapport à la sévérité de la décision, Bira Sène révèle que Zarko et Ada Fass étaient en sursis. «Ce combat était hypothéqué avant même sa tenue effective, parce que les deux lutteurs ont un passé et étaient en sursis. Tous les deux ont été entendus. Ils avaient fait des infractions lors de l’un de leurs Face to Face, Il y a eu des débordements et des destructions. Les Forces de l’ordre étaient obligées d’user de gaz lacrymogènes pour faire revenir l’ordre. On leur avait dit de faire des efforts et de montrer une autre image d’eux pour que leur combat se termine en paix et qu’ils poursuivent tranquillement leurs carrières.» Et le président du Cng de se montrer intransigeant : «On leur avait dit de faire gaffe pour éviter d’être sanctionnés à nouveau. Malgré tout cela, ils ont continué dans le mauvais sens. On n’a pas besoin de lutteurs, mais de sportifs dans l’arène. Désormais, il faut que les gens respectent les règlements qu’on a mis en place. Ils ne peuvent pas faire tout ce qu’ils veulent dans l’arène, c’est impossible. La lutte est un sport, et sport rime avec règlement. Celui qui ne veut pas se conformer au règlement peut aller voir ailleurs», a-t-il martelé.

Bombardier-Tapha Tine : début au plus tard à 19h 30 ou suspension !
Une réponse sur un ton ferme et un message que devront capter Bombardier et Tapha Tine, qui s’affrontent le 12 février prochain. Un combat qui sera forcément scruté, surtout par rapport au respect des nouvelles mesures qui exigent le début des hostilités à 19h précises. Passé les 30 minutes, les deux mastodontes pourraient subir le même sort que Zarco et Ada Fass. L’entourage de B52 et celui du Médinois sont avertis, le Cng veille !

Lequotidien

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici